Explorer la relation entre le café et le cyclisme

Vous pourriez penser que pour les sportifs et les athlètes, le café est principalement utilisé pour sa teneur en caféine. Cependant, pour les cyclistes, la relation avec le café est souvent plus complexe que cela.

Il existe une relation unique et inhabituelle entre les mondes du café de spécialité et du cyclisme, et c’est une relation qui s’est rapidement développée ces dernières années.

Pour en savoir plus sur ce qui relie ces deux domaines, où cela a commencé et comment les gens rapprochent le café et le cyclisme, j’ai parlé à quelques experts du monde entier. Lisez la suite pour en savoir plus sur la relation entre les deux et pourquoi elle existe.

Tu pourrais aussi aimer Comment développer une culture du café et du cyclisme socialement responsable

Une brève histoire du café et du cyclisme

Tout a commencé à la fin des années 1960 et au début des années 1970 lorsque le fabricant italien de machines à expresso Fabbrica Apparecchiature Elettromeccaniche e Affini (ou FAEMA), a parrainé l’équipe cycliste éponyme Faema, qui comprenait le cycliste belge Eddy Merckx.

Merckx est largement reconnu au sein de la communauté cycliste comme le plus grand cycliste de tous les temps. Sa carrière professionnelle s’étale sur 13 ans, au cours desquels il remporte un record de 11 Grands Tours. Il a fait partie de l’équipe Faema pendant deux ans, de 1968 à 1970. Malgré le fait que FAEMA avait déjà sponsorisé des équipes cyclistes, Merckx était sans doute le coureur le plus populaire qu’une entreprise de café ait jamais sponsorisé.

En 1983, la Fédération nationale des caféiculteurs de Colombie (FNC / Fedecafe) a créé une équipe cycliste (Café de Colombia). C’est avec cette équipe que le cycliste colombien Luis Herrera est devenu le premier cycliste sud-américain à remporter un Grand Tour en 1987.

Tout au long du reste du XXe siècle, les entreprises de café (y compris le fabricant italien de machines à expresso Saeco, le conglomérat de café Segafredo et la chaîne de cafés américaine Jittery Joe’s) ont continué à parrainer des cyclistes et des équipes.

Bien que la relation entre le café et le cyclisme semble vraiment reprendre dans la seconde moitié du 20e siècle, elle a toujours été plus que des équipes de parrainage des entreprises de café. Les cafés et les bars à expresso ont historiquement offert aux cyclistes un endroit pour socialiser et se détendre brièvement – un arrêt rapide lors d’un long trajet – mais ils sont également un élément clé de ce que l’on appelle «le tour du café».

Il est difficile de trouver une définition précise de ce qu’est le tour du café. Pour les cyclistes professionnels et compétitifs, cela ressemble à une randonnée de récupération, où vous évacuez certaines des toxines de vos muscles après une randonnée longue ou particulièrement difficile.

Cependant, pour ceux qui font du vélo comme passe-temps, le café peut être aussi simple que des amis à vélo entre quelques cafés et s’asseoir pour savourer une bonne tasse de café en cours de route.

Café et cyclisme: une culture unique

Pour en savoir plus sur le lien entre le cyclisme et le café, j’ai parlé à des cyclistes passionnés du secteur des cafés de spécialité.

Bas van den Heuvel est le propriétaire de Il Magistrale Cycling Coffee à Eindhoven, aux Pays-Bas. Il me dit que cette relation est fortement ancrée «dans l’élément d’une communauté sociale forte».

Brian Megens est le propriétaire de Fixed Gear Coffee à Maastricht, aux Pays-Bas. Il est d’accord avec Bas et ajoute que le cyclisme et le café sont des mondes intrinsèquement sociaux. Il dit: «Le cyclisme est devenu plus social et [going for] le café a toujours été une sortie sociale.

«Même si vous obtenez une amélioration des performances du café, la culture est plus ancrée dans le fait de s’asseoir ensemble et de prendre le temps de prendre un café avant, pendant et après une promenade.»

Richard Frazier est le directeur marketing de Workshop Coffee à Londres. Il explique qu’il existe un chevauchement massif entre les deux cultures car toutes deux sont très axées sur la qualité. « [In both worlds], il y a une appréciation pour quelque chose de bien fait.

«Dans le cyclisme, il y a des gens qui sont attirés par l’artisanat, la précision et la complexité de la conception de vélos. Cette même mentalité et cette même attention aux détails se retrouvent dans les cafés de spécialité, de l’approvisionnement à la préparation. »

Joshua Crane est le fondateur de The Coffee Ride à Boulder, Colorado. Il note que même dans le monde du cyclisme, il existe un certain nombre de sous-cultures et de sous-groupes différents, mais il dit que «le café est le dénominateur commun».

«L’une de mes choses préférées à propos du café est que c’est un moteur communautaire», dit Joshua. «Il brise les barrières, quel que soit le type de vélo que l’on utilise. Nous pouvons tous nous connecter et échanger des histoires autour d’une tasse de café. »

Les médias sociaux ont joué un rôle important dans le développement de cette relation. Quel que soit le niveau du cycliste ou l’intérêt du consommateur pour le café de spécialité, les plateformes en ligne comme Instagram et Facebook suscitent l’intérêt pour les deux mondes.

L’influence des médias sociaux peut signifier que les cyclistes essayent un nouvel arrêt de café le long de leur itinéraire cyclable ou choisissent un nouveau vélo parce qu’ils ont vu une publicité pour celui-ci sur Facebook. Brian explique que «le café et l’arrêt du café peuvent être un grand« moment Instagram »pour les cyclistes, et convient que les médias sociaux« ont certainement eu une grande influence ».

Le café attire-t-il plus de cyclistes?

Le cyclisme a gagné en popularité au cours des dernières années, parallèlement à l’attention renouvelée des consommateurs sur la santé, la forme physique et le bien-être. Il est devenu encore plus populaire pendant la pandémie de Covid-19, lorsque la plupart des gymnases publics du monde entier ont été contraints de fermer pendant des semaines ou des mois.

Ces deux tendances présentent un potentiel énorme pour les marques de café pour attirer plus de clients cyclistes.

Tout d’abord, dans les cafés, il existe de nombreuses façons d’accueillir les cyclistes expérimentés mais aussi d’attirer le nouveau groupe de cyclistes qui a émergé pendant la pandémie. Richard dit que même si cela peut dépendre de l’espace dont dispose un café, les cafés peuvent commencer par «offrir un endroit sûr [for bikes], comme des rails pour verrouiller leur vélo sans avoir à s’en soucier ».

Pour les cafés plus grands avec une communauté établie, Richard suggère autre chose. «En ce qui concerne les cafés qui ont une grande communauté de cyclistes qui gravitent vers eux, faire commencer et terminer les manèges à votre café est un excellent moyen de créer une communauté fidèle de personnes qui souhaitent passer du temps dans votre espace.»

L’image de marque est également importante. Pour atteindre la communauté cycliste au sens large, les entreprises de café doivent s’aligner sur les valeurs communes à ce nouveau groupe démographique. Brian, Bas et Josh pensent tous qu’il ne suffit pas de coller un autocollant de cyclisme sur un sac de café et de l’appeler «café cycliste de spécialité».

Brian, par exemple, souligne l’importance de travailler avec des torréfacteurs de confiance qui sont transparents et offrent une traçabilité de leurs cafés. Comme la plupart des cyclistes se concentrent sur la santé, le bien-être, la forme physique et la performance, ils rechercheront probablement des cafés biologiques de meilleure qualité; le café traçable est plus susceptible de les intéresser.

Bas ajoute que les entreprises de café axées sur le cyclisme «cherchent souvent des moyens d’afficher les niveaux de caféine sur leurs sacs, car plus que souvent les cyclistes sont particulièrement intéressés par l’explosion d’énergie que le café offre».

Enfin – pratiquez ce que vous prêchez. Les torréfacteurs et les cafés qui cherchent à exploiter ce marché devraient envisager d’offrir un service de livraison de vélos. Cela ne montre pas seulement votre engagement envers des méthodes de livraison durables et respectueuses de l’environnement, cela prouve également que vous êtes une entreprise dirigée par des cyclistes, par des cyclistes.

Josh dit: «Quand j’ai commencé, je me suis dit: pourquoi ne pas transformer ma passion pour le vélo et [extend] mon nouveau passe-temps (torréfaction du café) pour les consommateurs de Boulder? » En montrant aux clients que le café et le cyclisme peuvent coexister et coexistent effectivement, les entreprises sont plus susceptibles d’attirer des cyclistes et des buveurs de café qui ignoraient auparavant ce lien.

La relation entre le vélo et le café est unique. Le café n’est pas seulement une partie importante de l’histoire moderne du cyclisme – aujourd’hui, de nombreux cyclistes en dépendent jour après jour pour leur permettre de continuer.

Bien que cela puisse sembler une niche pour certains, il existe également un grand potentiel dans l’espace où ces deux mondes se chevauchent. Pour les cafés le long des pistes cyclables, il y a une opportunité de se démarquer. Pour les cyclistes compétitifs et entreprenants, il est possible d’exprimer leur amour pour le café d’une manière nouvelle et inhabituelle.

Vous avez apprécié cela? Puis lire Comment un chariot à café spécialisé transforme l’expérience du consommateur

Crédits photo: Richard Frazier, Brian Megens, Joshua Crane

Mouture quotidienne parfaite

Voulez-vous lire plus d’articles comme celui-ci? Inscrivez-vous à notre newsletter

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *